Tumblr  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


la secousse - jian  :: the happy ending of our sad story :: rps
avatar
Invité
Invité


Lun 21 Mai - 14:57
la secousse
2017
le soleil brille, cavale sur son dos nu, illumine les plis de la couverture froissée, la respiration est paisible alors que le coeur bat à mille. ses yeux s'ouvrent, et tout autour la scène semble se répéter - une matinée comme une autre, sans trop d'encombres à signaler. pourtant, la chaleur émane, non pas de lui, mais juste à côté. se soulève et retombe un torse défait de ses vêtements, mis à découvert sous une fenêtre à peine ouverte - il fait chaud aujourd'hui, il faisait chaud hier, et la main de sangwoo passe dans ses propres cheveux emmêlés pour leur redonner un peu d'allure. les larmes sont finalement séchées, sur les joues de l'amant d'une nuit elles ne sont plus visibles, se sont résorbées pour ne laisser place qu'à une pâle sensation d'avoir compté - une heure, peut-être deux, peut-être plus, jusqu'à ce qu'enfin la lune abandonne son rôle, pour laisser place à une réalité tout autre. il sourit - pour faire bonne figure, se redresse mollement sur le lit, s'assoit pour s'étirer, laisser ses bras chercher le ciel délaissé, avant de retomber le long de son corps maigrelet. le silence s'installe - témoigne de leur bêtise commune, de baisers échangés alors qu'ils ne souhaitaient qu'un peu d'espoir d'un faux amour éphémère. le regret joue des violons dans son esprit, il s'attarde sur les quelques craquelures dans le plafond - se demande s'il lui tombera sur la figure pour son affront. jian ni paisible, ni affolé reste sans bouger, lui aussi éveillé, les mots ne sortent pas, pas cette fois, pas avec la même aisance que lors de leurs premières rencontres, à échanger autour d'un café des banalités - mais aussi de grands discours. il pince sa lèvre inférieure du bout des dents, laisse ses paupières lui obliger une courte nuit - le ramener à cette soirée bascule, la répéter, ou au contraire la changer un peu, lui faire comprendre que ce n'était pas une solution.

la culpabilité s'arrête, ne dévore que la moitié de son corps - l'autre partie s'imprègne de ce bonheur indistinct, de corps dépités qui fut contraints d'une danse improvisée. magnifique et maladroite, incontrôlée et brûlante d'un feu dans les reins. pourtant plus rien dans son estomac ne vient déranger - un soupir s'échappe de ses lèvres.
- j'imagine que ce ne serait pas une bonne idée d'en parler.
de mettre des faits, des explications, d'exposer ce qui fut pour mieux s'en flageller et y laisser des cicatrices dans des dos si pâles.
- ne me déteste pas pour ça.
murmure, il baisse un peu les yeux, tente de le regarder - retrace du bout des cils sa mâchoire finement taillée, témoignant d'un masculin et d'un féminin presque troublant. jian une erreur - une belle erreur, presque sublime tant l'envie de retracer ses mains du bout des doigts se fait présente. et il reste, sans bouger, attendant la sentence - potentiellement des adieux. à ces plaisirs coupables qui ne feront qu'alimenter sa plume les jours de pluie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : park jimin
Statut/orientation : ncoturne découragé - le goût des hommes posé à même ses lèvres de façon indélébile
now I wish we'd never met, cause you're too hard to forget





☾ ☾ ☾



☾ ☾ ☾

You can pretend you don't miss me
You can pretend you don't care
All you wanna do is kiss me
Oh what a shame I'm not there

Crédits : myself (avatar + icons)
Pseudo : skate vibe
DC(s) : kwon bae bora ☾*˚◦ •
Messages : 221
Date d'inscription : 26/04/2018
Flooz : 910

Song Jian
poussières d'étoiles

park jimin
ncoturne découragé - le goût des hommes posé à même ses lèvres de façon indélébile
now I wish we'd never met, cause you're too hard to forget





☾ ☾ ☾



☾ ☾ ☾

You can pretend you don't miss me
You can pretend you don't care
All you wanna do is kiss me
Oh what a shame I'm not there

myself (avatar + icons)
skate vibe
kwon bae bora ☾*˚◦ •
221
26/04/2018
910


Avatar : park jimin
Statut/orientation : ncoturne découragé - le goût des hommes posé à même ses lèvres de façon indélébile
now I wish we'd never met, cause you're too hard to forget





☾ ☾ ☾



☾ ☾ ☾

You can pretend you don't miss me
You can pretend you don't care
All you wanna do is kiss me
Oh what a shame I'm not there

Crédits : myself (avatar + icons)
Pseudo : skate vibe
DC(s) : kwon bae bora ☾*˚◦ •
Messages : 221
Date d'inscription : 26/04/2018
Flooz : 910

Voir le profil de l'utilisateur

http://thirdwave.forumactif.com/t107-take-the-blues-away#229 http://thirdwave.forumactif.com/t322-night-calls-jian#4419 http://thirdwave.forumactif.com/t321-song-jian#4408 http://thirdwave.forumactif.com/t323-song-jian#4420 http://thirdwave.forumactif.com/t329-sg_jiji#4488 http://thirdwave.forumactif.com/

Sam 26 Mai - 22:58
la secousse
les yeux ne sont pas atteints par les crépitements du soleil que ses pensées égoïstes emmagasinent le désastre et appréhendent, aussitôt l’étourdissement du réveil passé, l’après - vrillent dans tous les sens, imitant sa tignasse fouillie couleur blé. le corps nu à peine recouvert, amorphe, qui ne veut peut-être pas l’être autant, le doute quant à une éventuelle approche physique qui pourrait arranger --- arranger quelque chose. ce qui a existé, avant tout ça.

(ce qu’ils peuvent créer : accrétion de comètes en vue, il y a toujours cru.)
(à leur réussite.)

ou alors juste ce qui reste, ce qui n’a pas souffert d’une transformation en dommages collatéraux de leur amour éphémère ; pourtant un peu sincère, dans le creux des paupières. étincelle d’espoir bien terne quand à la possibilité de tout arranger, tout réparer, tout fixer comme une étagère bancale. au lieu de ça, il s’applique à ne pas terrasser le peu de raison qui demeure caché sous trois tonnes de silence tendancieux. il ne mérite rien.

alors jian n’offre finalement que ses pupilles habituellement souriantes à l’apollon d’une nuit échappatoire.
la bouche demeure cousue.
les mots ne sortent pas.
constat, il est bien réveillé ; et en l’étant aussi, l’autre provoque la fin du sablier d’ignorance. le temps est écoulé - bouton on/off d’insouciance qu’ils ont choisi de désenclencher en ignorant les conséquences, parce que seuls les actes comptaient réellement à cet instant et qu’ils ne souhaitaient pas réfléchir.
jian ne le souhaite toujours pas.

il le voit se lever, passe ses phalanges d’enfant entre ses mèches pour effacer les preuves d’une nuit agitée & observe son dos large. et sans avertissement sangwoo tourne son visage vers lui, et le regard de jian se détourne cette fois-ci, les mots brûlants comme de la lave - fixe les draps froissés qu’il fait glisser entre ses doigts engourdis comme s’ils possédaient la réponse aux sujets abordés par un seul homme. sangwoo qui semble vouloir affronter l’orage en dépit des éclairs, qui fonce un peu tête baissée en croisant les doigts et la moindre de ses articulations pour que ça fonctionne.

- je ne te déteste pas.

parce que c’est jian qui a frappé à sa porte comme si tout était insurmontable, le coeur qui étouffe et qui s’engouffre plus que d’ordinaire. l’impression qu’il ne tient pas tout seul, qu’il ne tient plus tout seul, pas ce soir, puis plus aucun autres soirs. que ses jambes fondent et que rien ne peut être pire que ce sentiment qui pique les veines, s’acharne à cogner contre les os et les tempes et la gorge et les yeux --- asphyxie.

(il avait besoin de toi.)

- sangwoo- et c’est tellement plus simple sans paroles, sans enjolivement ou maladresse qui fait chuter du haut de la falaise. il soupire, lui lance ensuite une œillade presque désespérée. - écoute, je suis vraiment désolé. mais il n’a définitivement pas le droit d’attendre quoi que ce soit de lui - pardon, regrets, compréhension, l’absence d’adieux déchirants - et il le sait parce qu’il se sent crasseux. comme si sangwoo n’avait été qu’un siphon au milieu des mers, juste indispensable pour absorber le moindre de ses doutes, de ses peurs, de ses terreurs mais qu’une fois tout ça suffisamment dilué plus rien ne comptait plus.
alors qu’il est beaucoup plus qu’un défouloir.

(et parce que quand tu le consumais, le fond des yeux en feu, ce n’est pas exactement qu’à toi qu’il pensait, ni uniquement tes doigts courant sur son corps qu’il sentait. ce n’est pas tout-à-fait que pour toi que son palpitant disjonctait, battant à toute allure, à prendre comme modèle une tempête.)

alors c’est vers lui-même que part sa haine.
Revenir en haut Aller en bas
 
la secousse - jian
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Espace IV] accoups sur boite auto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THIRD WAVE :: the happy ending of our sad story :: rps-
Sauter vers: