Tumblr  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


le coeur pur des enfants perdus ✿ wei  :: jeju-si ((hurricane under the purple rain)) :: le centre-ville :: jeju's hospital
avatar

Avatar : Taylor LaShae
Statut/orientation : célibataire - hétérosexuelle

ELLE A LE MENSONGE SUR LA LANGUE


Avec des "je t'aime" éternels qui au fond ne durent qu'une danse. A se demander si elle aime vraiment ou si elle m a l. Ou juste un peu trop naïvement, comme on aime la première fois. Avec, dans la tête, et au bord des lèvres, des pour toujours qui, en fait, plus tard, ne survivront pas à ce que peut faire une guerre émotionnelle.



C'est la fête de trop!
Moi je l'ai faite, défaite et ça jusqu'au f i a s c o,
C'est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au chaos


Crédits : sial
Pseudo : meteorites.
DC(s) : //
Messages : 235
Date d'inscription : 26/04/2018
Flooz : 1363


Rivoire Suzy
poussières d'étoiles

Taylor LaShae
célibataire - hétérosexuelle

ELLE A LE MENSONGE SUR LA LANGUE


Avec des "je t'aime" éternels qui au fond ne durent qu'une danse. A se demander si elle aime vraiment ou si elle m a l. Ou juste un peu trop naïvement, comme on aime la première fois. Avec, dans la tête, et au bord des lèvres, des pour toujours qui, en fait, plus tard, ne survivront pas à ce que peut faire une guerre émotionnelle.



C'est la fête de trop!
Moi je l'ai faite, défaite et ça jusqu'au f i a s c o,
C'est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au chaos


sial
meteorites.
//
235
26/04/2018
1363



Avatar : Taylor LaShae
Statut/orientation : célibataire - hétérosexuelle

ELLE A LE MENSONGE SUR LA LANGUE


Avec des "je t'aime" éternels qui au fond ne durent qu'une danse. A se demander si elle aime vraiment ou si elle m a l. Ou juste un peu trop naïvement, comme on aime la première fois. Avec, dans la tête, et au bord des lèvres, des pour toujours qui, en fait, plus tard, ne survivront pas à ce que peut faire une guerre émotionnelle.



C'est la fête de trop!
Moi je l'ai faite, défaite et ça jusqu'au f i a s c o,
C'est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au chaos


Crédits : sial
Pseudo : meteorites.
DC(s) : //
Messages : 235
Date d'inscription : 26/04/2018
Flooz : 1363


Voir le profil de l'utilisateur

http://thirdwave.forumactif.com/t115-mocking-bird-suzy http://thirdwave.forumactif.com/t155-how-charming-she-can-be-suzy http://thirdwave.forumactif.com/t154-rivoire-suzy http://thirdwave.forumactif.com/t156-rivoire-suzy http://thirdwave.forumactif.com/t175-blue https://www.pinterest.fr/stacypioche/suzy/

Mar 8 Mai - 2:08




nous partirons dans la fumée mon amour les yeux fermés.

☁️
L’impression d’être anesthésiée.
Elle est le boyau d’un corps écartelé.
Suzy a ce regard vague et inexpressif lorsque ses yeux se posent sur la vitre et qu’elle se perd dans les couleurs que laisse la pluie sur ses carreaux. Assise maladroitement contre la tête de lit, les membres détendus, le corps enlacé dans une apathie irréelle, Suzy est un cadavre abandonné. Pas un son, pas un mouvement, elle a même oublié de respirer. Une vapeur recouvre le monde, une fumée opaque qui ternie les couleurs, qui floute les contours, qui rend les sons si distants. Suzy s’est noyée, quelque part dans sa tête. Dans l'engrenage de son esprit visant les hauts dignitaires d'un monde intangible. Il n'y a pas de mots assez forts pour décrire l'acharnement dont mademoiselle pouvait faire preuve. Plus que de maîtriser l'art des faux semblants tapi derrière un charisme nonchalant, c'est une obsession à la limite du vice pour le défi et une attirance prononcée pour le jeu. Mais même Machiavel pouvait se voir désarçonner par le poids de l'opium, et sous le poids des anti-douleurs, le monde devenait peu à peu inconsistant. Un amas de son et d'images dont l'associations devenaient aussi vaines qu'inintéressantes. Et il y a des paroles étouffées qui reviennent de la surface mais qu'elle ne veut pas les distinguer. Habitués à tout entendre et à le laisser glisser, les réprimandes des infirmières comme leurs potins enthousiasmés.. Elle est au centre du monde et il se laisse couler. Tout est tellement plus beau, lorsqu’elle n’entend pas vraiment ce qu’on lui dit, lorsqu'elle ne voit pas vraiment ce que ses yeux s’efforcent de distinguer, lorsqu'elle invente sa propre réalité.

«Hum?»

Un mouvement près de son épaule, un corps, une personne.
Suzy. Elle a le regard essoré qui se pose sur la blancheur d'un poignet, et les yeux qui courent le long du bras, serpentent sur l'arrondie d'une joue avant d'atterrir dans une expression des plus douce. Wei, il avait ces airs là. Celui d'un type pour qui vous feriez n'importe quoi parce qu'à terme, il vous le rendra. Le genre de type qu'elle ne méritait pas, qu'elle ne se serait jamais entendu à voir en dehors des bars, tard le soir. Elle avait envie de le lui dire d'ailleurs: Qu'est ce que tu fous là? T'as pas mieux à faire, dis moi?

«Salut Wei. Qu'est ce qui t'amènes?»  

La douceur de sa politesse souvent annonciatrice des rages de la tempête.


your name is
the strongest
positive and negative
connotation in any langage
©️ SIAL ; icon tumblr


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : jeon douceur jeongguk (jungkook)
Statut/orientation : célibataire ¬ bisexuel non assumé


you are the cause of my euphoria ;

et tu sais à l'intérieur ça se serre, et tu sais à l'intérieur c'est l'enfer – j'sais pas comment te voir j'sais pas comment te considérer t'es qu'une énigme une foutue hypothèse jamais confirmée.



you blow my mind ;

Crédits : ©amourdemavie (ava) ©kawaiinekoj (icon) ©astra + self (signa)
Pseudo : sial
DC(s) : soon
Messages : 397
Date d'inscription : 08/04/2018
Flooz : 1525

Yeol Wei
poussières d'étoiles

jeon douceur jeongguk (jungkook)
célibataire ¬ bisexuel non assumé


you are the cause of my euphoria ;

et tu sais à l'intérieur ça se serre, et tu sais à l'intérieur c'est l'enfer – j'sais pas comment te voir j'sais pas comment te considérer t'es qu'une énigme une foutue hypothèse jamais confirmée.



you blow my mind ;

©amourdemavie (ava) ©kawaiinekoj (icon) ©astra + self (signa)
sial
soon
397
08/04/2018
1525


Avatar : jeon douceur jeongguk (jungkook)
Statut/orientation : célibataire ¬ bisexuel non assumé


you are the cause of my euphoria ;

et tu sais à l'intérieur ça se serre, et tu sais à l'intérieur c'est l'enfer – j'sais pas comment te voir j'sais pas comment te considérer t'es qu'une énigme une foutue hypothèse jamais confirmée.



you blow my mind ;

Crédits : ©amourdemavie (ava) ©kawaiinekoj (icon) ©astra + self (signa)
Pseudo : sial
DC(s) : soon
Messages : 397
Date d'inscription : 08/04/2018
Flooz : 1525

Voir le profil de l'utilisateur

http://thirdwave.forumactif.com/t36-teenage-fever-wei http://thirdwave.forumactif.com/t312-moon-204-am-wei http://thirdwave.forumactif.com/t311-yeol-wei#4191 http://thirdwave.forumactif.com/t326-yeol-wei http://thirdwave.forumactif.com/ https://weheartit.com/siaal_/collections/140318880-aes-wei

Jeu 10 Mai - 4:50




(( je n'ai pas peur du vide ))

☁️

le craquement d’une allumette ;
lueur étouffée dans les pénombres macabres qui semblent danser autour de ta silhouette.
bêtise précipitée, bêtise partagée –
à s’immoler par les flammes jumelles, laisser les cicatrices inonder une peau jusqu’alors indemne.
et wei il a observé ;
et wei il a regardé les étoiles filantes disparaître ;
dernières comètes à s’écraser sur une terre où tombent les paraître –
fin de l’illusion, le retour de la raison,
et des images qui brusquent le regard, qui viennent percuter sans hasard
ceux qui se croyaient peut être immortels.

une victime de plus –

meurtrie par l’amie mais aussi par tes yeux aveugles ;
wei il s’est souvenu de ton insouciance libératrice qu’il se plaisait lui aussi à admirer,
le sourire stupide effiloché au rebord de vos lèvres tandis que les soirées étaient trop alcoolisées,
à ne voir que ce qui est beau,
ne pas percevoir que le bateau prend l’eau –
que derrière cette vue brouillée se cache une âme en danger. 

souffle lourd ;
la tempête s’est déjà déchaînée et wei n’a plus la foi, plus l’envie non plus.

inquiétude qui le bouffe, inquiétude qui le dévore malgré lui,
à se sentir s’enfoncer dans les méandres d’une nuit
dont il ne voit pas l’aurore.

si jinhee est perdue ;
toi tu devrais au moins pouvoir te sauver.

mais wei n’a pas l’allure du héros,
wei n’est pas chevalier –
il a l’esprit brisé, lui aussi,
valeurs ébréchées –
responsable de maux
qu’il croit causés par un autre être esseulé ;
il n’est pas le gars à pouvoir vous guider dans les mondes obscurs, égayer vos dorures –
car wei est dépourvu de lueur,
sans éclat capable de vous pousser vers de meilleurs dessins.

wei est juste là.

et puis c’est tout.

à se trouver aujourd’hui face à toi ;
visage tuméfié par d’autres imposteurs –
jeune fille innocente dans ses allures tentatrices,
à n’avoir le carmin des femmes fatales étalé sur tes lèvres qu’en guise de parure.
à être un peu brisée toi aussi.
à être un peu cassée, et pas seulement depuis cette nuit.

wei il te connait pas.
et pourtant il est là.

j’sais pas trop. j’m’inquiétais je crois.


sa tête se penche et son regard cherche à percuter tes ecchymoses,
y décrire leur couleur,
peindre leur aquarelle quelque part dans sa mémoire.
s’en souvenir,
pour au moins ne pas oublier le prix de quelques éclats de rire,
joie adolescente déchue qui s’écrase dans l’océan ;
ou jolie ingénue embrasée par la folie des mots et des comportements trompeurs,
à se jouer des autres jusqu’à ne devenir que poupée de chiffon.

je devrais te demander comment tu vas ?

wei à la gorge trop sèche d’explications,
le besoin de comprendre ce qui ne tourne pas rond.
mais toi c’est différent ;
tu as voulu retenir la bombe,
ajouter quelques secondes –
il le sait.

une glace, hein ? si j’avais su, j’te l’aurais ramenée moi même.

pour ne pas y perdre tes éclats de bohème,
sourire aujourd’hui coupé
écorché par la maladie humaine.


your name is
the strongest
positive and negative
connotation in any langage
©️ SIAL ; icon hoodwink



_________________
ecchymoses — tu as une tristesse qui vit dans des endroits où la tristesse ne devrait pas vivre. (rupi kaur)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : Taylor LaShae
Statut/orientation : célibataire - hétérosexuelle

ELLE A LE MENSONGE SUR LA LANGUE


Avec des "je t'aime" éternels qui au fond ne durent qu'une danse. A se demander si elle aime vraiment ou si elle m a l. Ou juste un peu trop naïvement, comme on aime la première fois. Avec, dans la tête, et au bord des lèvres, des pour toujours qui, en fait, plus tard, ne survivront pas à ce que peut faire une guerre émotionnelle.



C'est la fête de trop!
Moi je l'ai faite, défaite et ça jusqu'au f i a s c o,
C'est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au chaos


Crédits : sial
Pseudo : meteorites.
DC(s) : //
Messages : 235
Date d'inscription : 26/04/2018
Flooz : 1363


Rivoire Suzy
poussières d'étoiles

Taylor LaShae
célibataire - hétérosexuelle

ELLE A LE MENSONGE SUR LA LANGUE


Avec des "je t'aime" éternels qui au fond ne durent qu'une danse. A se demander si elle aime vraiment ou si elle m a l. Ou juste un peu trop naïvement, comme on aime la première fois. Avec, dans la tête, et au bord des lèvres, des pour toujours qui, en fait, plus tard, ne survivront pas à ce que peut faire une guerre émotionnelle.



C'est la fête de trop!
Moi je l'ai faite, défaite et ça jusqu'au f i a s c o,
C'est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au chaos


sial
meteorites.
//
235
26/04/2018
1363



Avatar : Taylor LaShae
Statut/orientation : célibataire - hétérosexuelle

ELLE A LE MENSONGE SUR LA LANGUE


Avec des "je t'aime" éternels qui au fond ne durent qu'une danse. A se demander si elle aime vraiment ou si elle m a l. Ou juste un peu trop naïvement, comme on aime la première fois. Avec, dans la tête, et au bord des lèvres, des pour toujours qui, en fait, plus tard, ne survivront pas à ce que peut faire une guerre émotionnelle.



C'est la fête de trop!
Moi je l'ai faite, défaite et ça jusqu'au f i a s c o,
C'est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au chaos


Crédits : sial
Pseudo : meteorites.
DC(s) : //
Messages : 235
Date d'inscription : 26/04/2018
Flooz : 1363


Voir le profil de l'utilisateur

http://thirdwave.forumactif.com/t115-mocking-bird-suzy http://thirdwave.forumactif.com/t155-how-charming-she-can-be-suzy http://thirdwave.forumactif.com/t154-rivoire-suzy http://thirdwave.forumactif.com/t156-rivoire-suzy http://thirdwave.forumactif.com/t175-blue https://www.pinterest.fr/stacypioche/suzy/

Jeu 10 Mai - 21:25




nous partirons dans la fumée mon amour les yeux fermés.

☁️
Wei.
Jeune homme téméraire et courageux, au cœur aussi pur qu'un ruisseau prenant source dans la montagne la moins polluée du Groenland devant des êtres aux esprits aussi vifs que des oiseaux à la recherche d'une cible à picorer, à la connerie aussi décevante que tout les dessins animés montrent aux enfants via une moquerie douteuse lorsque vous avez la capacité de discernement nécessaire. Autant dire que les héros n'étaient pas des héros, mais des anti-héros purs.
Des losers.

Il aurait dû le savoir Wei.
Qu'il aurait mieux fait de s'éloigner des femmes un peu trop légères, un peu trop comme elle. Celles qui avaient la démarche chaloupé et le regard trop appuyé. Ces femmes un peu vulgaires qui jamais ne pourraient se départir de cette nuance dans leurs gestes, cette inflexion dans leur ton. Celles qui n'étaient pas nées riches mais quelconque. Celle qui toujours semblait pouvoir vous arracher la gorge pour peu qui vous vous y abandonniez une seconde.

«T'es adorable Wei.»

T'es adorable à toujours avoir le coeur grand ouvert, prêt à accueillir  tous les malheurs de la terre.
T'es adorable à être là même lorsqu'on ne t'attendait pas.

Suzy, elle n'était qu'un cupidon au carquois brisé, une Marianne esseulée qui n'avait jamais rien sût réparer. Qui était tout juste bonne à couler, le corps alourdit par le poids des regrets. Sa tête, non, son métabolisme entier refusait de travailler et de s'affairer à comprendre l'inexplicable de cette situation. C'était amusant de voir à quel point le destin pouvait avoir des semblants d'humanités.Et Suzy, elle souriait tendrement à l'enfant, l'esprit embrumé par les cachets qu'on lui avait fait avaler. Encore un innocent, encore un doux rêveur. Chéri, chéri, laisses moi jouir des ombres naissante dans ton regard. Me gorger de la douceur de ta candeur sur le plat de ma langue. Quand tu plonges dans son coeur décharné, tout y est si obscène, si licencieux. Ce plaisir pervers qui battait en son sein. Cette eau croupie dans son regard, cette spontanéité mensongère, cette douceur factice.

« Tu devrais pas, tu le sais déjà. »  

Mais Suzy, elle n'avait pas envie de faire mal, elle n'avait pas envie de prendre déjà. Wei était de ces âmes qu'on ne touchait pas, celle qui comptait même si elle ne comprenait pas pourquoi. Peut être parce qu'il était présent, parce qu'il y avait dans son regard une lueur de compréhension noyée dans tous le poids de son incompréhension. Elle était horrible Suzy.
Mais pour Wei, sans doute l'était-elle moins que Jinhee.

« C'était pas seulement la glace. C'était tout le reste. »

L'eau glacée sur sa peau.
La mort qui rodait dans son dos.
Partout où elle posait les yeux.
Partout autour d'eux.

« Je devais prendre l'air. »

Oublier qu'elle se perdait.
Oublier que rien n'allait.

« Et toi, t'as été voir Jin aussi? »

T'as été te faire mal toi aussi? A l'amour et à la haine. Aux je t'haine mais surtout je te déteste. A espérer qu'elle ne mourrait pas ce soir, ni demain mais plus tard. Beaucoup plus tard.


your name is
the strongest
positive and negative
connotation in any langage
©️ SIAL ; icon tumblr


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : jeon douceur jeongguk (jungkook)
Statut/orientation : célibataire ¬ bisexuel non assumé


you are the cause of my euphoria ;

et tu sais à l'intérieur ça se serre, et tu sais à l'intérieur c'est l'enfer – j'sais pas comment te voir j'sais pas comment te considérer t'es qu'une énigme une foutue hypothèse jamais confirmée.



you blow my mind ;

Crédits : ©amourdemavie (ava) ©kawaiinekoj (icon) ©astra + self (signa)
Pseudo : sial
DC(s) : soon
Messages : 397
Date d'inscription : 08/04/2018
Flooz : 1525

Yeol Wei
poussières d'étoiles

jeon douceur jeongguk (jungkook)
célibataire ¬ bisexuel non assumé


you are the cause of my euphoria ;

et tu sais à l'intérieur ça se serre, et tu sais à l'intérieur c'est l'enfer – j'sais pas comment te voir j'sais pas comment te considérer t'es qu'une énigme une foutue hypothèse jamais confirmée.



you blow my mind ;

©amourdemavie (ava) ©kawaiinekoj (icon) ©astra + self (signa)
sial
soon
397
08/04/2018
1525


Avatar : jeon douceur jeongguk (jungkook)
Statut/orientation : célibataire ¬ bisexuel non assumé


you are the cause of my euphoria ;

et tu sais à l'intérieur ça se serre, et tu sais à l'intérieur c'est l'enfer – j'sais pas comment te voir j'sais pas comment te considérer t'es qu'une énigme une foutue hypothèse jamais confirmée.



you blow my mind ;

Crédits : ©amourdemavie (ava) ©kawaiinekoj (icon) ©astra + self (signa)
Pseudo : sial
DC(s) : soon
Messages : 397
Date d'inscription : 08/04/2018
Flooz : 1525

Voir le profil de l'utilisateur

http://thirdwave.forumactif.com/t36-teenage-fever-wei http://thirdwave.forumactif.com/t312-moon-204-am-wei http://thirdwave.forumactif.com/t311-yeol-wei#4191 http://thirdwave.forumactif.com/t326-yeol-wei http://thirdwave.forumactif.com/ https://weheartit.com/siaal_/collections/140318880-aes-wei

Jeu 7 Juin - 2:23




(( je n'ai pas peur du vide ))

☁️

— et c’est un sourire sans saveur qui écorche de ses lippes un peu gercées au rouge des roses fanées.
son regard inquiet vient danser sur ta silhouette aux rebords ébréchés,
à vouloir en retenir brisure depuis la chute des icare d’un soir.
wei il a les poumons gonflés par la colère et le danger,
à vous voir toutes les deux vous effriter.

et c’est ta peau d’opale qui est aujourd’hui tachée –
wei impuissant qui observe les coulures d’une adolescence effarouchée saccager ta porcelaine.
il devine que tout ne s’effacera pas –
que tout restera
ancré quelque part ;
que si ce n’est pas sur ta peau ça sera dans ta mémoire.
à savoir ce qu’il s’est passé ;
que c’est au-delà de quelques verres et d’un caprice sucré.

wei il contemple la distance de vos regards,
à savoir que vous n’avez jamais été assez proches pour vous confier ;
liés par l’impossible,
une relation aujourd’hui inaudible,
qui se ressent lors de soirées trop pénibles où il faut boire pour oublier.
mais vous voilà sobres,
face à l’autre,
et c’est le silence qui règne en désordre,
alors que les questions se fracassent encore et toujours dans sa tête.

à hocher sa tête un peu lourde par le plomb qui l’emplit,
se sentir couler devant ton visage accablé
à deviner le poids sur tes épaules,
qui déborde de tes lèvres et sur le rebord de tes paupières qui s’affaissent.

je comprends bien ce sentiment.

wei qui ne se sent respirer qu’au sommet d’un toit alors qu’il pourrait être à deux doigts de s’écraser
(se sentir
juste
exister)
alors que la vague humaine ici bas l’écrase,
de là haut il contemple avec extase
ce qui pousse sous ses pieds ;
à se sentir maître de quelque chose que jamais il ne pourra posséder.

sa main glisse le long de son visage ;
et il se demande où ça a pu déraper,
si c’était la drogue ou bien l’alcool,
si c’était la sensation d’étouffer,
si c’était le simple fait de vivre dans l’inespéré.

pourtant suzy,
toi tu as toujours été faite de lumière ;
tu es faite pour tous les éclairer,
quand as tu commencé à t’éteindre,
à t’étirer dans cette misère qui se creuse en aquarelles violettes sous ton regard ?

ouais.

sa voix se casse et s’effrite contre le vide ;
les mots brûlés par la moitié du nom de la belle,
celle avec qui il a gaspillé tant de décibels –
à lui dire qu’il l’aime avant de se déchirer.

elle va… pas bien. et –

et qu’est ce que je peux y faire.

et j’arrive plus à suivre. j’arrive plus à comprendre. j’me dis que j’ai raté un truc.

raté l’coche ou bien dévaler tout l’escalier,
à se vautrer de tout son long devant l’absence de justifications –
à sans doute avoir cessé de les demander aussi.


j’suis… inquiet. pour elle. surtout pour toi.

l’inspiration est longue et le doute s’ancre lentement ;
à se demander jusqu’où t’es impliquée,
si t’as le corps entier de bouffé,
jusqu’au bout de tes doigts et ton cou avalé –
si t’arrives encore à respirer.

ça craint. j’suis tellement désolé, suzy.

mais à quoi bon
s'excuser ?


your name is
the strongest
positive and negative
connotation in any langage
©️ SIAL ; icon hoodwink



_________________
ecchymoses — tu as une tristesse qui vit dans des endroits où la tristesse ne devrait pas vivre. (rupi kaur)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : Taylor LaShae
Statut/orientation : célibataire - hétérosexuelle

ELLE A LE MENSONGE SUR LA LANGUE


Avec des "je t'aime" éternels qui au fond ne durent qu'une danse. A se demander si elle aime vraiment ou si elle m a l. Ou juste un peu trop naïvement, comme on aime la première fois. Avec, dans la tête, et au bord des lèvres, des pour toujours qui, en fait, plus tard, ne survivront pas à ce que peut faire une guerre émotionnelle.



C'est la fête de trop!
Moi je l'ai faite, défaite et ça jusqu'au f i a s c o,
C'est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au chaos


Crédits : sial
Pseudo : meteorites.
DC(s) : //
Messages : 235
Date d'inscription : 26/04/2018
Flooz : 1363


Rivoire Suzy
poussières d'étoiles

Taylor LaShae
célibataire - hétérosexuelle

ELLE A LE MENSONGE SUR LA LANGUE


Avec des "je t'aime" éternels qui au fond ne durent qu'une danse. A se demander si elle aime vraiment ou si elle m a l. Ou juste un peu trop naïvement, comme on aime la première fois. Avec, dans la tête, et au bord des lèvres, des pour toujours qui, en fait, plus tard, ne survivront pas à ce que peut faire une guerre émotionnelle.



C'est la fête de trop!
Moi je l'ai faite, défaite et ça jusqu'au f i a s c o,
C'est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au chaos


sial
meteorites.
//
235
26/04/2018
1363



Avatar : Taylor LaShae
Statut/orientation : célibataire - hétérosexuelle

ELLE A LE MENSONGE SUR LA LANGUE


Avec des "je t'aime" éternels qui au fond ne durent qu'une danse. A se demander si elle aime vraiment ou si elle m a l. Ou juste un peu trop naïvement, comme on aime la première fois. Avec, dans la tête, et au bord des lèvres, des pour toujours qui, en fait, plus tard, ne survivront pas à ce que peut faire une guerre émotionnelle.



C'est la fête de trop!
Moi je l'ai faite, défaite et ça jusqu'au f i a s c o,
C'est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au chaos


Crédits : sial
Pseudo : meteorites.
DC(s) : //
Messages : 235
Date d'inscription : 26/04/2018
Flooz : 1363


Voir le profil de l'utilisateur

http://thirdwave.forumactif.com/t115-mocking-bird-suzy http://thirdwave.forumactif.com/t155-how-charming-she-can-be-suzy http://thirdwave.forumactif.com/t154-rivoire-suzy http://thirdwave.forumactif.com/t156-rivoire-suzy http://thirdwave.forumactif.com/t175-blue https://www.pinterest.fr/stacypioche/suzy/

Mar 12 Juin - 2:11




nous partirons dans la fumée mon amour les yeux fermés.

☁️
Les peines de coeur.
Wei. Wei. Wei. Mais Suzy,  elle avait les maux malhabiles, et elle n’en pouvait plus de ne pas savoir pourquoi c’était pas aussi facile de partir, pourquoi les murs lui avaient renvoyés les reflets de sa bêtise, pourquoi la porte lui avait arraché les doigts, pourquoi il y avait la chambre et le monde qui tournait autour, trop vite, trop brusque pour qu'elle se stabilise dans leur course. Et puis il y avait Wei et le monde dans le coeur de Wei, le monde de Jin et de sa folie, de Jin qui n'aurait jamais exister sans Wei et de Wei qui n'était plus rien pour personne et qui s'éboulait sous son regard.

Il y avait quelque part une fille qui portait ces vêtements, qui avait les mêmes cheveux et le même air désorientée, et qui s’appelait Jinhe, et un garçon aux doigts crispés qui se tenait prêt à cueillir ses larmes, mais qui n'était pas à elle, comme elle n'était pas à lui, comme elle n'était à personne à vrai dire, mais Suzy n'était pas sûr de savoir à qui Jinhee aurait voulut appartenir.

«Qui pourrait prétendre pouvoir suivre qui que ce soit de toute façon?»

Sans clarté aucune, sa voix s'échappa dans un murmure pensif.
Wei était paumé comme tant d'autres avant lui, comme tant d'autres après lui aussi - elle n'en ressentit aucune fierté. Là, sous la lumière cru ds néons, l'enfant s'excusait, de ses craintes, de son mal être, de toutes ces modiques choses qui la constituait et qu'elle occultait - la mort et sa cruelle fatalité, ses névroses, ses regrets, ses erreurs. Suzy se redressait en se souhaitant un courage inébranlable qu'elle ne ressentait pas - elle se l'imposait, et c'était là toute la différence. C'était aujourd'hui que le destin avait décidé de lui arracher les ailes. Allait-il en finir avec cette histoire qui trainait depuis des mois, achever leurs cœurs meurtris et plomber une bonne fois pour toutes cet amour mourant? Suzy était partie pour partir. Suzy voulait partir. Quand il était encore possible de faire marche arrière, avant que tout ne lui semble dérisoire, avant qu’elle ne les voie et que tout redémarre. Le remord, la colère et la rancoeur.

« Pourquoi t'es inquiet pour moi? »  

Ca fait des mois qu'elle s'est bousillés Suzy.
Lorsqu'elle a jetée Sin.
Lorsqu'elle a dit "C'est moi ou eux".
Et qu'il les a choisit.
Et qu'elle l'a revue au bras de sa meilleure amie.

« J'vais bien. »

Menteuse.
Suzy, elle n'était pas celle dont on avait besoin lorsqu'on voulait être heureux.  Elle n'était pas celle dont le sourire avait cette épice réconfortante qui chauffait les côtes dans ces moments là – elle les tiraillait fort, elle. On avait besoin d'appeler sa peau épicée, sa peau qui avait mangé le soleil pour qu'elle donne un peu de sa chaleur. C'était son corps qu'on réclamait en premier et non pas sa vivacité d'esprit, ou encore son amitié – elle était une poupée européenne. C'était son sourire, c'était ce rire fort et bruyant qu'elle avait toujours collé au fond de sa rétine des mers – c'était pour ça, pour ces éclats, pour son ivresse, pour son excès.

« Tu te feras mal à porter la peine des autres tu sais.»

T'as pas les épaules assez large pour ça. Personne les a. A soutenir les affres et les passions d'une nana comme Jinhee. A se désoler des crevasses et des vides qui criblent une nana comme Suzy. Tu devrais fuir Wei. Fuir tant que tu pouvais le faire.

« Ca sert à rien d'être désolé. Et ça sert à rien de s'excuser. »

Faut juste avancer.
Faire semblant.
Prétendre savoir comment on fait.


your name is
the strongest
positive and negative
connotation in any langage
©️ SIAL ; icon tumblr


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : jeon douceur jeongguk (jungkook)
Statut/orientation : célibataire ¬ bisexuel non assumé


you are the cause of my euphoria ;

et tu sais à l'intérieur ça se serre, et tu sais à l'intérieur c'est l'enfer – j'sais pas comment te voir j'sais pas comment te considérer t'es qu'une énigme une foutue hypothèse jamais confirmée.



you blow my mind ;

Crédits : ©amourdemavie (ava) ©kawaiinekoj (icon) ©astra + self (signa)
Pseudo : sial
DC(s) : soon
Messages : 397
Date d'inscription : 08/04/2018
Flooz : 1525

Yeol Wei
poussières d'étoiles

jeon douceur jeongguk (jungkook)
célibataire ¬ bisexuel non assumé


you are the cause of my euphoria ;

et tu sais à l'intérieur ça se serre, et tu sais à l'intérieur c'est l'enfer – j'sais pas comment te voir j'sais pas comment te considérer t'es qu'une énigme une foutue hypothèse jamais confirmée.



you blow my mind ;

©amourdemavie (ava) ©kawaiinekoj (icon) ©astra + self (signa)
sial
soon
397
08/04/2018
1525


Avatar : jeon douceur jeongguk (jungkook)
Statut/orientation : célibataire ¬ bisexuel non assumé


you are the cause of my euphoria ;

et tu sais à l'intérieur ça se serre, et tu sais à l'intérieur c'est l'enfer – j'sais pas comment te voir j'sais pas comment te considérer t'es qu'une énigme une foutue hypothèse jamais confirmée.



you blow my mind ;

Crédits : ©amourdemavie (ava) ©kawaiinekoj (icon) ©astra + self (signa)
Pseudo : sial
DC(s) : soon
Messages : 397
Date d'inscription : 08/04/2018
Flooz : 1525

Voir le profil de l'utilisateur

http://thirdwave.forumactif.com/t36-teenage-fever-wei http://thirdwave.forumactif.com/t312-moon-204-am-wei http://thirdwave.forumactif.com/t311-yeol-wei#4191 http://thirdwave.forumactif.com/t326-yeol-wei http://thirdwave.forumactif.com/ https://weheartit.com/siaal_/collections/140318880-aes-wei

Lun 25 Juin - 2:00




(( je n'ai pas peur du vide ))

☁️

— histoire mal enrayée,
mots mal tournés –
et wei s’est un peu senti kamikaze ce jour là à se pointer à l’hôpital
pour voir un amour abandonné ;
quelques roses en bouquet, avec les épines qui éraflent les peaux déjà amochées et où se brodent les ecchymoses d’une romance ratée.
et maintenant qu’il se trouve face à toi, amant terrible à l’attitude mal-habile,
ses armes sont baissées et le guerrier n’est pas vaillant.
vous n’êtes pas particulièrement proches et pourtant wei s’est réellement inquiété,
autant pour jinhee (l’enfant perdue) que pour toi (la wendy effarouchée) ;
et wei n’a pas les atours d’un peter pan improvisé pour vous guider.
(et pourtant ;
il est bien là.)

son regard se relève à tes mots comme capté par le rythme particulier que tu leur procures ;
la réalité le frappe même s’il se croyait prêt à l’entendre –
à foutre le doigt sur quelque chose de plus douloureux qu’il ne veut bien l’admettre.
wei n’est pas un héros et pourtant wei voudrait sauver le monde,
ou du moins ceux qui comptent vraiment.
wei n’est pas un héros et pourtant il voudrait vous épargner des bombes,
de vos coeurs traumatisés et bafoués par l’amertume d’un avenir peu décent.
wei n’est personne en réalité et il peut bien courir,
jamais il ne pourra vous rattraper
(peut être se cogner le genou et s’égratigner les paumes ;
et c’est tout.)

sa langue glisse sur ses lèvres et ses pupilles s’affaissent vers le sol,
coupable miséreux,
à l’âme elle aussi brisée en deux.
tes mots sont durs suzy ;
et peut-être ne le voit tu pas mais ils s’encrent de manière indélébile dans son myocarde troublé par les océans enragés.
les vents ne sont pas calmes, ce jour-là.

c’est vrai. mais je veux au moins essayer.

quitte à s’ramasser sur le bitume et s’éclater le nez ;
wei il n’a pas peur.
il se dit qu’au fond tout n’est peut être pas perdu ; quelques esprits en déroute à raccrocher à son bord –
le silence perdure un temps avant que sa langue ne claque nerveusement contre son palais.

si on n’essaye pas, c’est toujours perdu d’avance.

compétiteur au fond
mais surtout observateur des tréfonds qui dévorent les êtres qui lui sont précieux.
vous n’êtes que des charognes ; qui se dressent et espèrent peut être vivre un jour un peu mieux.
c’est sans vergogne que wei se plait à poser des morceaux de peau en pansements futiles pour cacher les plaies ouvertes et dangereuses, comme pour donner un peu d’éclat aux carcasses décharnées.

il faut bien que quelqu’un s’inquiète pour toi, suzy. quelqu’un qui ne t’aies pas déjà brisé le coeur, ou qui ne soit pas déjà moitié fracassé.

un sourire se peint doucement sur ses lippes gercées
car ses larmes ne coulent jamais en averses pour lui mais pour ceux délaissés,
abandonnés sur le bord de la route.

tu ne vas pas bien. personne avec un oeil au beurre noir comme le tien ne peut aller bien.

il essaye d’être plus léger mais son regard,
traître,
laisse déborder d’autres inquiétudes en songes silencieux.
au delà des tâches bleutées qui couvrent ta peau, d’autres couvrent ton esprit et il le sait.
il ose redemander ;
l’esprit un peu enfant qui voudrait recoller quelques morceaux.

est-ce qu’il est possible de recoller au moins quelques morceaux ?

il te scrute un instant et s’approche ;
son visage est doux mais un peu dérangé.
ta parole semble être une lame qui lui taillade doucement la tempe ;
là où sa peau est encore vierge de toute atrocité.
il t’observe, hausse un peu les épaules,
l’air de dire que celles-ci ne sont pas lourdes, et qu’il peut en supporter davantage.
car wei aussi est un peu menteur ;
le refus de la douleur en vieil adage pour supporter ceux qui en ont le plus besoin.
(mais wei n’a pas de réelles fondations,
et un jour,
vous le savez,
il va se
b r i s e r.)

mais pour l’heure il est toujours là, un peu de chaleur dans un monde trop froid et une main tendue pour attraper les doigts de ton âme esseulée.

t’as raison, probablement.

il tire la chaise près de ton lit et s’y assoit ;
un peu de proximité en brasier comme pour réchauffer le coeur devenu iceberg.

que ça ne sert à rien de s’excuser, ni d’être désolé, et encore moins de porter la peine des autres.

son regard dérive vers le ciel encore bleu d’une belle journée sans pareille.

mais c’est le moindre que je puisse faire, je crois. ça ne me fait pas du mal. ça me permet d’exister, de servir à quelque chose. c’est stupide, utopique et naïf mais peut-être qu’on manque justement un peu de ça. d’idéal.

dans ce putain de monde animal.


your name is
the strongest
positive and negative
connotation in any langage
©️ SIAL ; icon hoodwink



_________________
ecchymoses — tu as une tristesse qui vit dans des endroits où la tristesse ne devrait pas vivre. (rupi kaur)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : Taylor LaShae
Statut/orientation : célibataire - hétérosexuelle

ELLE A LE MENSONGE SUR LA LANGUE


Avec des "je t'aime" éternels qui au fond ne durent qu'une danse. A se demander si elle aime vraiment ou si elle m a l. Ou juste un peu trop naïvement, comme on aime la première fois. Avec, dans la tête, et au bord des lèvres, des pour toujours qui, en fait, plus tard, ne survivront pas à ce que peut faire une guerre émotionnelle.



C'est la fête de trop!
Moi je l'ai faite, défaite et ça jusqu'au f i a s c o,
C'est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au chaos


Crédits : sial
Pseudo : meteorites.
DC(s) : //
Messages : 235
Date d'inscription : 26/04/2018
Flooz : 1363


Rivoire Suzy
poussières d'étoiles

Taylor LaShae
célibataire - hétérosexuelle

ELLE A LE MENSONGE SUR LA LANGUE


Avec des "je t'aime" éternels qui au fond ne durent qu'une danse. A se demander si elle aime vraiment ou si elle m a l. Ou juste un peu trop naïvement, comme on aime la première fois. Avec, dans la tête, et au bord des lèvres, des pour toujours qui, en fait, plus tard, ne survivront pas à ce que peut faire une guerre émotionnelle.



C'est la fête de trop!
Moi je l'ai faite, défaite et ça jusqu'au f i a s c o,
C'est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au chaos


sial
meteorites.
//
235
26/04/2018
1363



Avatar : Taylor LaShae
Statut/orientation : célibataire - hétérosexuelle

ELLE A LE MENSONGE SUR LA LANGUE


Avec des "je t'aime" éternels qui au fond ne durent qu'une danse. A se demander si elle aime vraiment ou si elle m a l. Ou juste un peu trop naïvement, comme on aime la première fois. Avec, dans la tête, et au bord des lèvres, des pour toujours qui, en fait, plus tard, ne survivront pas à ce que peut faire une guerre émotionnelle.



C'est la fête de trop!
Moi je l'ai faite, défaite et ça jusqu'au f i a s c o,
C'est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au chaos


Crédits : sial
Pseudo : meteorites.
DC(s) : //
Messages : 235
Date d'inscription : 26/04/2018
Flooz : 1363


Voir le profil de l'utilisateur

http://thirdwave.forumactif.com/t115-mocking-bird-suzy http://thirdwave.forumactif.com/t155-how-charming-she-can-be-suzy http://thirdwave.forumactif.com/t154-rivoire-suzy http://thirdwave.forumactif.com/t156-rivoire-suzy http://thirdwave.forumactif.com/t175-blue https://www.pinterest.fr/stacypioche/suzy/

Mer 27 Juin - 19:00




nous partirons dans la fumée mon amour les yeux fermés.

☁️
Il y avait quelque chose de pire que la rage, quand bien même elle coulait à flot dans les veines de l'enfant. Il y avait quelque chose de pire que la haine, la perversion, la colère ou la fureur. C’était la frénésie, l’emportement, la passion de la violence et de cette même rage-là. C’était le désir, hurlant et sévère, de faire du mal à autrui. C’était l’envie incontrôlable de détruire une personne jusqu’à ce que son âme s’échappe de sa gorge, jusqu’à ce que son corps se brise de douleur et d’amertume.

Il y avait quelque chose de pire que la rage.
C’était la rancoeur qui ne passait pas, qui flottait sous la surface, là où la raison ne parvenait pas à l'atteindre. C'était l'impuissance, le coeur malade qui souhaitait pardonner sans pleinement y parvenir, le tourment amoureux des histoires douloureuses aux "pour toujours" aujourd'hui mué en "pour jamais".

«Je ne sais pas. Je ne sais même plus vraiment où ils sont.»

Elle dit, et sa voix ricoche contre les coeurs sans s'y attarder, dégouline de cette rêverie inconsciente des enfants aisément charmés. Son regard ne s'attarde plus sur Wei, il le survole. Toute sa présence infime n'est qu'un mirage et il n'est ni chaire ni sang. Il est là à priori, mais jamais pleinement, altéré par l'esprit embrumé qui peine à se concentrer sur le passé et la réalité, sur ce qui avait été et ce qui serait. Et ses paupières abaissés effleurent un instant la frange des cils, dans l'espoir, peut-être, que Wei et ses interrogations disparaitraient, effacé comme la douleur qui pulsait sourdement entre ses côtes et celle, plus insidieuse, qui venait fréquemment lui dérégler le palpitant. Elle n'y réfléchit pas. Elle voit tout ça sans voir, les orbites vidées comme des poissons. C'est que Suzy s'égare, Suzy s'oublie.

Suzy se relève.
Suzy vagabonde.
Elle continue, et ses pas la portent alors qu'elle n'est pas là. Elle, elle a mis un voile d'opale devant ses pupilles et du nacre sous ses paupières. Et elle avance, gentiment, doucement. Faisant claquer ses pieds nus contre le sol. Arrivant à la hauteur de Wei, enveloppé dans son cocon bien heureux. Elle lève ses mains et capture la courbe de sa joue, et abaisse son visage pour qu'il puisse la regarder bien en face.

« On vit dans un monde où rien n'est certain si ce n'est la boulimie affective qui secoue le coeur des hommes. Un monde où rien ne dure et tout se perd. Wei...  »  

Et elle, elle savait que ça ne pouvait qu'être vrai, sinon, elle n'aurait pas eut si mal, elle n'aurait pas si mal. Elle n'aurait pas prit cet air lâche, elle n'aurait pas rit si fort au nez de l'absurde et de la fatalité. Qu'il ne se passe pas une seule foutue seconde sans qu'elle ne souhaite retrouver ce qui avait été perdu, que chaque nano-seconde elle reconstruise l'éclat de son masque parce que l'éphémère était tout ce qu'il restait lorsque rien ne pouvait devenir éternel.  L'Angleterre ne souhaite que voir l'Italie à ses pieds, petit rêve qui trottine depuis un siècle dans sa caboche. Qu'importe que les tours s'écroulent à ses pieds tant que subsiste l'illusion de la pérennité de son bonheur frivole - parce qu'elle n'apportait que des bonheurs avorté Suzy, pas la joie.  Et, dans les remous à regarder s'écouler le flot de bulles orphelines, elle suit du regard cette silhouette qu'elle n'a fini que trop bien par connaître et cette envie qui cogne trop fort contre ses tempes. Ses yeux guettait ses expressions avec une clarté nouvelle, ancré avec une douloureuse intensité dans le réelle et ses vérités cruelles.

« Un monde où personne ne sait où il va et prétend détenir une vérité absolu. Un monde où un idéal ne reste que ça, un idéal. Et si c'est beau de porté sa croix et celle du monde, rappels toi que Jésus comme Luther King ont finit assassinés. Tout le monde aime les héros et les martyres, personne ne sait comment les maintenir en vie. Et personne ne veux mourir à leur place. »

Un monde où ton amour de jeunesse s'auto détruisait parce qu'elle ne parvenait pas à être heureuse. Dis Wei, t'en as pas assez de jouer les kamikazes? A te faire sauter le coeur et la cervelle à tous les coins de rues. A ne pas retenir la leçon qu'apporte l'immuable solitude. C'est cette vie là que tu veux? A être le coeur de tout le monde mais jamais le tiens.

« Toi, tu pourrais être vraiment heureux.»

Avoir le bonheur et la joie.
Des histoires qui marchent et une vie avec des je t'aime qui eux seront réels.
A ne pas mourir pour un autre.
A ne pas crever pour une autre.

« Gâche pas ça pour nous. »

Ceux qui n'essayaient même plus et se contentait de tout détruire autour d'eux en songeant que peut être un jour... peut être..


your name is
the strongest
positive and negative
connotation in any langage
©️ SIAL ; icon tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
le coeur pur des enfants perdus ✿ wei
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» noël du coeur
» Les Enfants de Lilith [3/4]
» Les Enfants de la Lune [3/3]
» Des petits coeur qui tombes
» messages privés perdus par erreur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THIRD WAVE :: jeju-si ((hurricane under the purple rain)) :: le centre-ville :: jeju's hospital-
Sauter vers: