Tumblr  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


lacrimosa + miseok  :: jeju-si ((hurricane under the purple rain)) :: les quartiers est :: waterfall park
Wu Sora
lacrimosa + miseok 422007e49b6eec1ed566aff6bdec9837
Avatar : kang seulgi (rv)
Statut/orientation : célibataire, pansexuelle
» JE LES AI VU PASSER LES NUAGES, SANS POUVOIR CONTRÔLER LE VENT.
JE LES AURAIS BIEN TOUS MIS EN CAGE DANS L'ARMOIRE DE GRAND-MAMAN.
lacrimosa + miseok AQuUGKy

( young & beautiful ) ── like a river flows surely to the sea, darling so it goes » we all eat lies when our hearts are hungry » people pleasing hides the real you » his hands on my flesh, so gentle yet commanding, make me want to sin » a golden cage is still just a cage » you're going to break my heart, and i'm definitely going to let you.

Crédits : self
Pseudo : florida blues (fb)
DC(s) : none
Messages : 161
Date d'inscription : 26/04/2018
Flooz : 1364
Wu Sora
poussières d'étoiles
lacrimosa + miseok 422007e49b6eec1ed566aff6bdec9837
kang seulgi (rv)
célibataire, pansexuelle
» JE LES AI VU PASSER LES NUAGES, SANS POUVOIR CONTRÔLER LE VENT.
JE LES AURAIS BIEN TOUS MIS EN CAGE DANS L'ARMOIRE DE GRAND-MAMAN.
lacrimosa + miseok AQuUGKy

( young & beautiful ) ── like a river flows surely to the sea, darling so it goes » we all eat lies when our hearts are hungry » people pleasing hides the real you » his hands on my flesh, so gentle yet commanding, make me want to sin » a golden cage is still just a cage » you're going to break my heart, and i'm definitely going to let you.

self
florida blues (fb)
none
161
26/04/2018
1364
lacrimosa + miseok 422007e49b6eec1ed566aff6bdec9837
Avatar : kang seulgi (rv)
Statut/orientation : célibataire, pansexuelle
» JE LES AI VU PASSER LES NUAGES, SANS POUVOIR CONTRÔLER LE VENT.
JE LES AURAIS BIEN TOUS MIS EN CAGE DANS L'ARMOIRE DE GRAND-MAMAN.
lacrimosa + miseok AQuUGKy

( young & beautiful ) ── like a river flows surely to the sea, darling so it goes » we all eat lies when our hearts are hungry » people pleasing hides the real you » his hands on my flesh, so gentle yet commanding, make me want to sin » a golden cage is still just a cage » you're going to break my heart, and i'm definitely going to let you.

Crédits : self
Pseudo : florida blues (fb)
DC(s) : none
Messages : 161
Date d'inscription : 26/04/2018
Flooz : 1364
Voir le profil de l'utilisateur

http://thirdwave.forumactif.com/t113-sora-ses-desirs-font-desordre http://thirdwave.forumactif.com/t257-sora-larme-a-gauche http://thirdwave.forumactif.com/v http://thirdwave.forumactif.com/ http://thirdwave.forumactif.com/ http://thirdwave.forumactif.com/

lacrimosa + miseok Empty
Dim 29 Avr - 17:53
'cause i can sometimes
treat the people that i love
like jewelry
Elle s’était réinventée miroir du ciel, crevé d’étoiles ainsi qu’elle se laissait percer par leur lumière douce, froide – et en son sein grandissait le feu d’une rébellion, flammèches attisées par les trop nombreuses pertes dans son entourage à l’équilibre précaire. Mais Sora vivait, s’abreuvait continuellement des éclats de fierté dans le regard de ses parents, et rien n’avait encore su la détourner de leurs plans ; alors la princesse se laissait diligemment enfermer dans sa prison dorée, les murs de cristal l’empêchant d’entretenir quelque relation que ce fût, s’il ne s’agissait pas d’une famille riche et puissante.

Pourtant la voici, dans son plus bel apparat – vêtue de son honnêteté et drapée de toute la culpabilité du monde, l’enfant courbe l’échine devant les regards accusateurs ô combien mérités que tu pourrais lui lancer. Retrouvailles saturés d’incertitude, le malaise pesant entre vos deux âmes autrefois étroitement liées ; tes absences se sont accumulées en bile dans le fond de sa gorge congestionnée, et si elle n’en dit rien, grands dieux, elle n’en pense pas moins. Peut-être devrait-elle regretter de t’avoir attiré jusqu’en ces lieux, maintenant confrontée à ses plus beaux démons – hélas il n’en est rien, et Sora n’attend que de se repaître de tes reproches, prête à se défendre bec et ongles dans l’espoir vain de te recompter parmi ses êtres chers.

« Miseok… » Souffle apeuré, son assurance s’effritant à chaque instant. Elle craint le refus lorsque ses lèvres de descellent, murmures gorgés des supplications d’une condamnée à mort prête à tout pour expier ses péchés. « Est-ce qu’on peut parler ? Vraiment, j’entends. » La voilà qui cherche la rédemption dans le fond de tes yeux bruns, y confrontant les nuances d’autant plus sombres de son propre regard fatigué. C’est qu’elle a passé moultes nuits à rassembler les lambeaux de son courage, en maintes tentatives désespérées de s’opposer à la volonté de fer des parents Wu. Et si ses propres désirs se faisaient brasier enragé dans les tréfonds de sa cage thoracique nécrosée, rien ne pouvait à ce jour surpasser sa dépendance maladive et son besoin macabrement nocif de leur faire plaisir.

Elle s’avance, poings légèrement serrés – enjambe le vide qui vous sépare avec la foi futile qu’un rapprochement physique jouerait en sa faveur. Sur ses lippes darde un sourire timide, recourbant à peine la ligne peinturlurée de sa bouche trop souvent mordillée. « Je sais que… J’ai pas été une amie exemplaire. » Le bas de son t-shirt subit les affres de son anxiété, sous la forme candide de froissements nerveux de ses mains perdues. « Mais je pouvais pas désobéir. » Pas même pour toi, hurlé en sous-texte, la fatalité de ses sentiments trop puissants heurtés à la poigne d’acier d’une éducation trop stricte.
Elle s’était rapidement persuadée que c’était la meilleure solution – ou, du moins, l’avait naïvement espéré. Or il n’avait suffi que de revoir les traits fins de ton visage pour que la nostalgie la prenne à la gorge, ainsi que des senteurs d’ammoniac dans une pièce aux fenêtres closes. « S’il te plaît, j’ai juste besoin que tu me regardes. » Crie-lui dessus, si tu le désires ; époumone-toi contre la pécheresse, elle ne demande que ça ; de l’attention, quand bien même serait-elle accusatrice et saoule d’un billion de griefs.


Revenir en haut Aller en bas
Seung Miseok
lacrimosa + miseok Tumblr_otpzojNvk61wq8638o1_100
Avatar : kim taehyung aka la beauté
Statut/orientation : descendantes de vénus, seules à avoir droit sur son cœur - territoire pourtant bien trop inexploré.
lacrimosa + miseok Tumblr_ola0yjXT6i1uxvblzo3_400

"L'enfance est un couteau planté dans la gorge et tu as su le retirer."

et ça m'écrase et ça se serre et ça m'étouffe et ça me tue - mon propre petit enfer, mais j'ose pas, j'ose plus, exister, respirer. c'est trop effrayant de vivre, alors fais-le pour moi, s'il te plaît.

lacrimosa + miseok Tumblr_ola0yjXT6i1uxvblzo7_400

Crédits : sial (ava) ; sial (signa) : skatevibe (icon)
Pseudo : rose
DC(s) : yeon kali(mero)
Messages : 328
Date d'inscription : 08/04/2018
Flooz : 1275
lacrimosa + miseok Tumblr_ll7wy8Qn8L1qi6qow lacrimosa + miseok Tumblr_lkl5k33x021qfamg6 lacrimosa + miseok Tumblr_lkl749rdCf1qfamg6 lacrimosa + miseok Tumblr_lkl77c2JW01qfamg6
Seung Miseok
poussières d'étoiles
lacrimosa + miseok Tumblr_otpzojNvk61wq8638o1_100
kim taehyung aka la beauté
descendantes de vénus, seules à avoir droit sur son cœur - territoire pourtant bien trop inexploré.
lacrimosa + miseok Tumblr_ola0yjXT6i1uxvblzo3_400

"L'enfance est un couteau planté dans la gorge et tu as su le retirer."

et ça m'écrase et ça se serre et ça m'étouffe et ça me tue - mon propre petit enfer, mais j'ose pas, j'ose plus, exister, respirer. c'est trop effrayant de vivre, alors fais-le pour moi, s'il te plaît.

lacrimosa + miseok Tumblr_ola0yjXT6i1uxvblzo7_400

sial (ava) ; sial (signa) : skatevibe (icon)
rose
yeon kali(mero)
328
08/04/2018
1275
lacrimosa + miseok Tumblr_ll7wy8Qn8L1qi6qow lacrimosa + miseok Tumblr_lkl5k33x021qfamg6 lacrimosa + miseok Tumblr_lkl749rdCf1qfamg6 lacrimosa + miseok Tumblr_lkl77c2JW01qfamg6
lacrimosa + miseok Tumblr_otpzojNvk61wq8638o1_100
Avatar : kim taehyung aka la beauté
Statut/orientation : descendantes de vénus, seules à avoir droit sur son cœur - territoire pourtant bien trop inexploré.
lacrimosa + miseok Tumblr_ola0yjXT6i1uxvblzo3_400

"L'enfance est un couteau planté dans la gorge et tu as su le retirer."

et ça m'écrase et ça se serre et ça m'étouffe et ça me tue - mon propre petit enfer, mais j'ose pas, j'ose plus, exister, respirer. c'est trop effrayant de vivre, alors fais-le pour moi, s'il te plaît.

lacrimosa + miseok Tumblr_ola0yjXT6i1uxvblzo7_400

Crédits : sial (ava) ; sial (signa) : skatevibe (icon)
Pseudo : rose
DC(s) : yeon kali(mero)
Messages : 328
Date d'inscription : 08/04/2018
Flooz : 1275
lacrimosa + miseok Tumblr_ll7wy8Qn8L1qi6qow lacrimosa + miseok Tumblr_lkl5k33x021qfamg6 lacrimosa + miseok Tumblr_lkl749rdCf1qfamg6 lacrimosa + miseok Tumblr_lkl77c2JW01qfamg6
Voir le profil de l'utilisateur

http://thirdwave.forumactif.com/t39-god-s-plan-miseok http://thirdwave.forumactif.com/t230-to-myself-miseok http://thirdwave.forumactif.com/t197-seung-miseok http://thirdwave.forumactif.com/t131-seung-miseok http://thirdwave.forumactif.com/t228-seungmsk-miseok#1880 http://thirdwave.forumactif.com/

lacrimosa + miseok Empty
Mar 8 Mai - 21:53




Il m'a parlé du malheur qui fond parfois sur les humains et de la douleur engendrée par la permanence de la mémoire que rien n'efface, sauf la mort.

Seung, nom de prestance qui vit pour les apparences. Famille royale de papier mâché, dont le château de carte s’est effondré, au départ d’un des deux princes - celui qu’alors on évince, à prétendre soudainement, qu’ils ont jamais eu qu’un seul enfant. Mais la lignée si elle a aujourd’hui retrouvé de sa superbe, a bien cru il y a quelques années la perdre ; par les vagues d’un scandale qui ont fait ravage, réputation en cendres jetée sans ménagement sur le rivage. Royaume miniature où tout se sait, où on a pendant quelques temps prétendu que les Seung ne pouvaient être fréquentés. Et le prince restant, esseulé à peine enfant, héritier d’un nouveau rôle écrasant, aurait bien eu besoin, d’avoir son soutien. Elle, qui partage cette pression constante. Elle, qui a tout aussi peur d’être décevante. Elle, qui aurait pu être pilier, l’a finalement abandonné, Miseok laissé à son pauvre sort, semble incapable d’oublier ses torts.

L’immonde coupable retrouvée après des années, semblant déterminée à se rattraper - Sora qui montre patte blanche, sera pourtant pas pardonnée si vite par l’ancien pestiféré. Y a trop de rancoeur qui réside dans un organe bien trop fragile, déjà malmené par une vie hostile, à tous ses rêves et ses désirs, à la simple idée de choisir. Trop de rancoeur mais pas assez pour ouvertement déclarer les hostilités ; délaisser la politesse d’un garçon qui se veut trop bon. Toutou des parents mais pas chien il est incapable de mordre ; alors par des piques dissimulées il exprime le désordre, la pagaille de toute cette animosité qui le fait trembler. C’est poli, c’est correct mais y a plus de chaleur, plus de vie dans ces échanges ; plus de son côté du moins et il espère au fond que ça dérange, qu’elle aussi connaisse sa douleur. Il se savait pas aussi mesquin, Miseok, pour une fois se laisse tenter par le malin (plaisir, d’effacer un sourire).

Et pourtant elle abandonne pas, Sora, malgré les mots gorgés de sel, vaillante demoiselle, semble réellement désirer, un pardon que l’on a du mal à accorder. Qui se présente encore aujourd’hui devant nous, semble prête à affronter de notre rancoeur les remous - mais Miseok semblerait pour une fois avoir volonté de fer, ne saura qu’être trop cordial ou bien se taire. Oui, les lippes s’élèvent en sourire à l’entente des paroles de Sora, mais il reste bien trop poli, trop peu naturel pour être même réel ; masque de bonne éducation que l’on porte par éducation. On fait mine de ne pas savoir ce qu’elle peut bien vouloir dire, comme si chaque échange n’était pas faux à en vomir, comme si on ne chargeait pas chaque phrase de reproches, dissimulés. Comme si on ne s’empêchait pas de dire, parce que maintenant tu veux bien me parler ?

Tu sais très bien que tu peux toujours me parler, Sora.

Qu’on dit dans un ton presque écoeurant de miel, lourd d’un sous-texte qui entend qu’à elle, lui n’a pas toujours pu adresser la parole, quelques mots même n’auraient pû l’atteindre ; loin d’une amitié qu’elle a laissé s’éteindre, brutalement et sans préavis, pauvre garçon rayé de sa vie - jusqu’aux retrouvailles qui ont su réveiller, chez lui quelques douleurs jusqu’alors oubliées.

Et il tente encore d’être cordial encore un peut, pas laisser éclater la rancoeur qui pourtant veut, faire jaillir millier d’étincelles, aux prochains dire de la demoiselle ; inonder un peu plus les plaies de sel, et la faire saigner de plus belle. Mais la volonté ne saurait se faire, assez forte et le fer, finit par plier, vient se tordre un peu pour laisser échapper, de ses lèvres une sécheresse à laquelle il ne s’attendait pas. Unique écart que l’on tolère une seule fois.

Ah, oui, dire ça c’est un euphémisme - t’as pas été une amie du tout.

Retour de politesse qui vient écraser de culpabilité la trachée malmenée. Les pulpeuses bouffées, il faut prendre sur soi et s’excuser.

Excuse moi - c’était, pas très poli de ma part. J’comprends...j’comprends que désobéir soit impossible, je le sais que trop bien.

Et ça arrache les lippes de le reconnaître, chaque parole à la seconde où on la voit naître, a déjà causé ravage, dans la gorge victime d’un véritable carnage ; les mots étant alors, lames tranchantes lorsque l’on doit reconnaître qu’elle n’a pas totalement tort. Mais qu’importe les motivations, aussi justes semblent-elles, ça changera pas la déception, à l’égard de la belle.

Et je suis même pas en colère contre toi.

Mensonges, mensonges et mensonges encore - le mensonge est un péché, mais de Miseok le seul trésor.

Je suis pas en colère contre toi, parce que l'être serait incorrect de ma part.

Sous -entendu que la colère serait maître de lui, si ça ne lui semblait pas folie, d'être si impoli. Sous-entendu qu’il n’aurait pas le moindre égard, envers elle et ses sentiments à ménager, si les regards, n’exigeaient pas de rester civilisé ; pas laisser cours à la sauvage envie de la laisser de côté, comme on fut autrefois délaissé.

Mais je te regardes, Sora. Je te regardes.

Regard vide de sens, à pas la voir vraiment, à poser sur elle des orbes vides d’émotion, vides de compassion et de compréhension, vides même de rage ou de la moindre colère ; peut-être éclair de tristesse qui passe en courant d’air. On la regarde sans la regarder ; on ose pas poser sur elles de vrais yeux de blessés ; espère peut-être que cette distance et cette absence, de vie dans les pupilles, dérangeront un peu celle qui fut mauvaise fille, à vouloir être enfant modèle et laisser l’amitié battre de l’aile.

(c) SIAL ; icons sial



_________________
s i n a

Nul récif dans la mer de vos yeux, pour crever le navire des certitudes. Des insouciants. Vous ne connaissez pas le malheur. (le soleil ni la mort ne peuvent se regarder en face ; wajdi mouawad)
Revenir en haut Aller en bas
Wu Sora
lacrimosa + miseok 422007e49b6eec1ed566aff6bdec9837
Avatar : kang seulgi (rv)
Statut/orientation : célibataire, pansexuelle
» JE LES AI VU PASSER LES NUAGES, SANS POUVOIR CONTRÔLER LE VENT.
JE LES AURAIS BIEN TOUS MIS EN CAGE DANS L'ARMOIRE DE GRAND-MAMAN.
lacrimosa + miseok AQuUGKy

( young & beautiful ) ── like a river flows surely to the sea, darling so it goes » we all eat lies when our hearts are hungry » people pleasing hides the real you » his hands on my flesh, so gentle yet commanding, make me want to sin » a golden cage is still just a cage » you're going to break my heart, and i'm definitely going to let you.

Crédits : self
Pseudo : florida blues (fb)
DC(s) : none
Messages : 161
Date d'inscription : 26/04/2018
Flooz : 1364
Wu Sora
poussières d'étoiles
lacrimosa + miseok 422007e49b6eec1ed566aff6bdec9837
kang seulgi (rv)
célibataire, pansexuelle
» JE LES AI VU PASSER LES NUAGES, SANS POUVOIR CONTRÔLER LE VENT.
JE LES AURAIS BIEN TOUS MIS EN CAGE DANS L'ARMOIRE DE GRAND-MAMAN.
lacrimosa + miseok AQuUGKy

( young & beautiful ) ── like a river flows surely to the sea, darling so it goes » we all eat lies when our hearts are hungry » people pleasing hides the real you » his hands on my flesh, so gentle yet commanding, make me want to sin » a golden cage is still just a cage » you're going to break my heart, and i'm definitely going to let you.

self
florida blues (fb)
none
161
26/04/2018
1364
lacrimosa + miseok 422007e49b6eec1ed566aff6bdec9837
Avatar : kang seulgi (rv)
Statut/orientation : célibataire, pansexuelle
» JE LES AI VU PASSER LES NUAGES, SANS POUVOIR CONTRÔLER LE VENT.
JE LES AURAIS BIEN TOUS MIS EN CAGE DANS L'ARMOIRE DE GRAND-MAMAN.
lacrimosa + miseok AQuUGKy

( young & beautiful ) ── like a river flows surely to the sea, darling so it goes » we all eat lies when our hearts are hungry » people pleasing hides the real you » his hands on my flesh, so gentle yet commanding, make me want to sin » a golden cage is still just a cage » you're going to break my heart, and i'm definitely going to let you.

Crédits : self
Pseudo : florida blues (fb)
DC(s) : none
Messages : 161
Date d'inscription : 26/04/2018
Flooz : 1364
Voir le profil de l'utilisateur

http://thirdwave.forumactif.com/t113-sora-ses-desirs-font-desordre http://thirdwave.forumactif.com/t257-sora-larme-a-gauche http://thirdwave.forumactif.com/v http://thirdwave.forumactif.com/ http://thirdwave.forumactif.com/ http://thirdwave.forumactif.com/

lacrimosa + miseok Empty
Mar 15 Mai - 18:02
'cause i can sometimes
treat the people that i love
like jewelry
« Tu sais très bien que tu peux toujours me parler, sora. » Gorge serrée par la culpabilité, le rachitisme de ses doigts écrasant sa trachée pour mieux l’étouffer – elle ne répond rien, regard penaud s’échappant du joug de tes accusations pour se perdre dans la contemplation du sol verdâtre. C’est un grief recouvert de gris et de rouge agressif, la passion de vos déboires s’écoulant en gouttes pourpres le long de son âme esseulée. « Ah, oui, dire ça c’est un euphémisme – t’as pas été une amie du tout. »

Elle ravale le poids collé à sa langue, pâte visqueuse saturée de tous les maux causés à l’un comme à l’autre ; l’enfant s’empare de chaque blessure et les lèche avec fièvre, incapable de réparer les tessons de votre ancienne complicité. C’est qu’elle se couperait volontiers contre chaque débris, laisserait sa propre hémoglobine cautériser les plaies que tant d’absences ont ouvert – que ses retours ont infecté. Silence mortuaire, l’air gonflé de toute la lourdeur de ce qu’elle ne peut prononcer. Mais tu t’excuses et ses yeux larmoient, tout son être hurlant de toute l’erreur faisant chavirer votre situation ; un non agite ses cordes vocales sans que ses lèvres ne le laisse passer, le muant en soupir étranglé. « Je suis pas en colère contre toi, parce que l’être serait incorrect de ma part. »

C’est à cet instant que l’ultime verre la tenant en place éclate – le professionnalisme chirurgical coulant d’entre tes lippes se fait dague de cristal, profondément enfoncée dans les tréfonds de son espoir puéril. Peut-être était-ce futile de sa part, que d’espérer une réconciliation autre que civilisée. De se languir de toute la lumière dans laquelle tu la noyais, enfant-soleil qu’elle admirait du haut de sa tour dorée. « Mais je te regardes, Sora. Je te regardes. »

Bouche pincée en une ligne blanchie d’anxiété, peintes d’un rose aussi pâle que la tristesse et la résignation qui semble vouloir l’envelopper ; pas cette fois, qu’elle pense en serrant ses petits poings. « Non. » Timbre faible, rouillé – mot qui roule si peu sur sa langue qu’il en semble sorti tout droit d’une langue ancienne, allure de Latin mort-né à la commissure de ses lèvres. Errare humanum est. « Tu me regardes pas, Miseok. Tu regardes à travers moi, comme si j’étais- comme si j’étais un des partenaires de ta famille. Un collègue, tout au plus. » Tout en parlant ses pieds la guident, avalent le vide osant encore vous séparer ; elle n’ose aucun contact mais ses yeux te dévorent, cherchant à faire passer le flot de silence pesant pour ce qu’elle n’a le droit de dire.

Pieds et langue liés par l’acharnement de parents intransigeants – elle s’élève en fausse rebelle quand elle pose sur toi ses prunelles. Le saphir se heurte au diamant noir sans se laisser abattre et sa main se tend dans une tentative avortée d’effleurer ton visage ; soupir, le bras ballant jusqu’à ce qu’il heurte sa propre hanche. « J’en suis à espérer que tu te mettes en colère. » Sourire triste relevant ses commissures, l’ironie de l’hypersensible prête à demander son châtiment quitte à y verser moultes larmes salées. « Tu dis que tu comprends, mais c’est pas pour autant que tu l’acceptes. » L’impuissance dégoulinant le long de ses jambes en typhons bleutés, et ses bras étreignent la raideur de sa taille, dans une tentative de se protéger du burn out.

« J’ai pas eu le choix, Miseok. Ils- ils m’auraient jetée dehors, ou pire. Rien que là, je sais pas si j’ai le droit. Pourtant, je suis là, tu vois ? » Agitations légères et ses épaules tremblotent, feuille maltraitée par le vent elle passe une main fébrile dans ses cheveux et pourlèche ses lèvres, creusée par l’inquiétude et les répercussions que chaque mot pourrait avoir sur vous. « J’essaye, j’essaye de faire des efforts, mais je peux pas tout changer d’un coup. Je peux pas juste leur désobéir, ça marche pas comme ça. Et j’ai besoin de savoir si t’es prêt à m’attendre, ou si on arrête tout maintenant. Je sais que j’en demande beaucoup, mais j’ai pas le choix. Je l’ai jamais eu. » Arrière-goût de fatalité derrière ses dents – et une larme, solitaire, se fraie un chemin rougeoyant le long de ses joues pâles.


Revenir en haut Aller en bas
Seung Miseok
lacrimosa + miseok Tumblr_otpzojNvk61wq8638o1_100
Avatar : kim taehyung aka la beauté
Statut/orientation : descendantes de vénus, seules à avoir droit sur son cœur - territoire pourtant bien trop inexploré.
lacrimosa + miseok Tumblr_ola0yjXT6i1uxvblzo3_400

"L'enfance est un couteau planté dans la gorge et tu as su le retirer."

et ça m'écrase et ça se serre et ça m'étouffe et ça me tue - mon propre petit enfer, mais j'ose pas, j'ose plus, exister, respirer. c'est trop effrayant de vivre, alors fais-le pour moi, s'il te plaît.

lacrimosa + miseok Tumblr_ola0yjXT6i1uxvblzo7_400

Crédits : sial (ava) ; sial (signa) : skatevibe (icon)
Pseudo : rose
DC(s) : yeon kali(mero)
Messages : 328
Date d'inscription : 08/04/2018
Flooz : 1275
lacrimosa + miseok Tumblr_ll7wy8Qn8L1qi6qow lacrimosa + miseok Tumblr_lkl5k33x021qfamg6 lacrimosa + miseok Tumblr_lkl749rdCf1qfamg6 lacrimosa + miseok Tumblr_lkl77c2JW01qfamg6
Seung Miseok
poussières d'étoiles
lacrimosa + miseok Tumblr_otpzojNvk61wq8638o1_100
kim taehyung aka la beauté
descendantes de vénus, seules à avoir droit sur son cœur - territoire pourtant bien trop inexploré.
lacrimosa + miseok Tumblr_ola0yjXT6i1uxvblzo3_400

"L'enfance est un couteau planté dans la gorge et tu as su le retirer."

et ça m'écrase et ça se serre et ça m'étouffe et ça me tue - mon propre petit enfer, mais j'ose pas, j'ose plus, exister, respirer. c'est trop effrayant de vivre, alors fais-le pour moi, s'il te plaît.

lacrimosa + miseok Tumblr_ola0yjXT6i1uxvblzo7_400

sial (ava) ; sial (signa) : skatevibe (icon)
rose
yeon kali(mero)
328
08/04/2018
1275
lacrimosa + miseok Tumblr_ll7wy8Qn8L1qi6qow lacrimosa + miseok Tumblr_lkl5k33x021qfamg6 lacrimosa + miseok Tumblr_lkl749rdCf1qfamg6 lacrimosa + miseok Tumblr_lkl77c2JW01qfamg6
lacrimosa + miseok Tumblr_otpzojNvk61wq8638o1_100
Avatar : kim taehyung aka la beauté
Statut/orientation : descendantes de vénus, seules à avoir droit sur son cœur - territoire pourtant bien trop inexploré.
lacrimosa + miseok Tumblr_ola0yjXT6i1uxvblzo3_400

"L'enfance est un couteau planté dans la gorge et tu as su le retirer."

et ça m'écrase et ça se serre et ça m'étouffe et ça me tue - mon propre petit enfer, mais j'ose pas, j'ose plus, exister, respirer. c'est trop effrayant de vivre, alors fais-le pour moi, s'il te plaît.

lacrimosa + miseok Tumblr_ola0yjXT6i1uxvblzo7_400

Crédits : sial (ava) ; sial (signa) : skatevibe (icon)
Pseudo : rose
DC(s) : yeon kali(mero)
Messages : 328
Date d'inscription : 08/04/2018
Flooz : 1275
lacrimosa + miseok Tumblr_ll7wy8Qn8L1qi6qow lacrimosa + miseok Tumblr_lkl5k33x021qfamg6 lacrimosa + miseok Tumblr_lkl749rdCf1qfamg6 lacrimosa + miseok Tumblr_lkl77c2JW01qfamg6
Voir le profil de l'utilisateur

http://thirdwave.forumactif.com/t39-god-s-plan-miseok http://thirdwave.forumactif.com/t230-to-myself-miseok http://thirdwave.forumactif.com/t197-seung-miseok http://thirdwave.forumactif.com/t131-seung-miseok http://thirdwave.forumactif.com/t228-seungmsk-miseok#1880 http://thirdwave.forumactif.com/

lacrimosa + miseok Empty
Mer 13 Juin - 6:53




Il m'a parlé du malheur qui fond parfois sur les humains et de la douleur engendrée par la permanence de la mémoire que rien n'efface, sauf la mort.

Elle agace Sora par toutes les vérités, mots révélateur qui de ses lèvres viennent couler ; comme une cascade pour venir laver tous les faux-semblants, rappeler qu’il en veut bien plus qu’il ne le prétend. Elle agace Sora qui veut le forcer à avouer que la politesse n’est que convenance, que les seuls regards qu’il lui adresse sont de bienséance - quand en réalité il voudrait plus jamais avoir, à croiser son traître regard. Qui semble trop dur à affronter, lorsqu’avant il était signe d’amitié - rappelle plus aujourd’hui que la trahison, de celle qui lui a préféré la raison ; sécurité accordée par des géniteurs trop présents, ceux qui décident qui fréquentent leurs enfants.

Et elle agace Sora, à prétendre avoir droit, à un traitement meilleur qu’une simple connaissance - réclamation imbécile qui frôle l’insolence. Se plaint qu’on la regarde pas mieux que simple collègue de travail, quand le simple fait de poser les yeux sur elle déjà entaille, un peu plus une fierté déjà si peu présente - tellement qu’on se demande si elle est existante. Quand elle mériterait en réalité que sur elle nos yeux, deviennent alors détestables et odieux - cruauté qu’on ose pas avoir pour elle, par simple politesse artificielle.

Si compliqué de contenir l’envie de crier, de lui hurler quelle terrible amie elle a été ; de lui envoyer le fond de notre pensée accusatrice, l’achever de quelques phrases destructrices. Pourtant Miseok il se contient, toujours pressuré à se tenir bien ; lui adresse quelque sourire stérile, artifice nécessaire pourtant futile.

Je ne vois pas pourquoi je te regarderais autrement - après tout, on est rien de plus, pas vrai ? Je dis même pas ça méchamment, Sora. Mais ça me semblait plutôt clair que tu ne voulait rien de plus que des relations cordiales - et encore. Alors oui, c’est comme ça que je te traite. Cordialement. Parce que je n’ai aucune raison de te traiter autrement.

Aucune raison de la traiter comme amie, mais tant de laisser déferler ce qui dort au fond de lui - vagues déchaînées de colère et de rancoeur, qu’il tente d’apaiser avec douleur (si pernicieuse douleur, de pas pouvoir dire ce qu’on a sur le coeur). Et pourtant Sora se voudrait mistral, à vouloir provoquer la houle infernale ; forcer l’océan à faire quelques ravages, ne semble vouloir le laisser être sage.

J’en suis à espérer que tu te mettes en colère, stupide demoiselle déblatère. Comme si moi j’en crevais pas d’envie de te foutre à terre, de te faire subire ma rage et mon tonnerre. Comme si j’avais pas déjà envie de hurler ; alors ne commence pas à me provoquer.

Je n’sais pas pourquoi tu tiens tant à ce que je m’énerve - et tu sais bien que ce n’est pas mon genre. Je te ferais pas le plaisir de causer une esclandre juste pour satisfaire tes envies, je n’ai pas envie de te parler mais pas non plus de m’énerver. Ce s’rait déjà t’accorder trop d’importance.

Et pourtant déjà il se contredit ; laisse pleuvoir mots trop acides pour lui - à espérer qu’ils rongent un peu le palpitant, de la gamine à laquelle on en veut tant. Pas d’excuses pourtant pour cette once de violence incontrôlées dans nos paroles, parce qu’il fut trop bon de se laisser aller à cette phrase folle - si on en suit ses propres règles de conduite, qui n'incluent pas cette haine fortuite.

Pourtant Miseok il est parfois plus vivant qu’il ne veut le laisser croire ; et sent alors que la bienséance se laisse choir - les filtres doucement abattus, à chaque fois qu’un de ses mots est entendu ; à chaque fois qu’augmente un peu plus la colère, et la rancoeur fulgurant éclair.

T’as raison, je l’accepte pas. Mais je suis pas obligé de l’accepter, Sora - pourquoi je le ferais ? J’ai pas le droit de t’en vouloir ? C’est bien égoïste de ta part.

Égoïste de vouloir ainsi contrôler ses ressentis, quand il ne vit déjà pas pour lui - déjà marionnette contrôlée par les paternels, veut pas donner ce pouvoir à la demoiselle ; pour tenter de conserver un ersatz de liberté de penser, liberté de ressentir et puis d’exister.

Et Sora elle tente de se mettre en valeur, tente de prouver la bonté de son coeur, par sa simple présence comme si elle méritait médaille, comme si elle était soldat rentré vaillamment de la bataille. À prétendre qu’il est déjà assez, d’essayer de se faire pardonner ; comme si cette simple volonté valait alors rédemption - assomption qui le poussera à l’explosion.

Rah mais putain Sora - tu comprends rien. Ouais, ouais t’es là maintenant, ok, c’est bien. Mais t’étais où quand j’en avais besoin, hein ? J’venais déjà de perdre -

Soudaine interruption quand on était sur le point de prononcer sans le voir, d’Inseok le prénom devenu blasphématoire.

J’venais déjà de vivre un truc pas facile, j’avais pas besoin que t’en rajoute. M’fais pas croire qu’ils peuvent voir tout ce que tu fais - parce que j’ai les même alors j’le sais, qu’un mot qu’une excuse ça t’aurais pas tuée. Juste pour pas arrêter sans expliquer d’me causer.

Oh soulagement, quand finalement, on ose les cracher ces mots qui nous étouffaient, même moins intenses qu’on le voudrait.

Puis t’sais quoi, j’sais pas Sora, si j’ai envie de t’attendre ou pas. J’sais pas. J’sais pas si t’en vaut la peine, si tu vas pas encore te tirer à la première embûche, au premier truc qui ferait un peu tâche sur ton CV d’enfant parfaite. Puis au fond t’sais quoi - je comprends. Tu crois que je sais pas ce que c’est que de pas avoir le choix ? J’aurais fait pareil à ta place. Mais pour une fois. Pour une fois j’veux penser un peu à moi, pour une fois j’veux être égoïste alors je t’en veux. C’est la seule liberté que j’m’accorde alors laisse moi la garder.

Brutale honnêteté qui ferait du mal à la fierté - si seulement encore elle existait. Et par une dernière phrase brouillée à nouveau, de fausseté qui décore et peint chaque syllabe de chaque mot, on rappelle qu’on est désormais que champ stérile, libre de toute germe d’une colère infection futile.

(c) SIAL ; icons sial



_________________
s i n a

Nul récif dans la mer de vos yeux, pour crever le navire des certitudes. Des insouciants. Vous ne connaissez pas le malheur. (le soleil ni la mort ne peuvent se regarder en face ; wajdi mouawad)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


lacrimosa + miseok Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
lacrimosa + miseok
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THIRD WAVE :: jeju-si ((hurricane under the purple rain)) :: les quartiers est :: waterfall park-
Sauter vers: